Astrophotographie en superrésolution

Encadrants : 

Occurrences : 

2016

Nombre d'étudiants minimum: 

3

Nombre d'étudiants maximum: 

6

Nombre d'instances : 

1

Photographier le ciel est une activité qui incite perpétuellement à pousser les performances de ses instruments. Analysez le système optique formé par un télescope ou une lunette astronomique. Découvrez et implémentez les techniques de traitement d'image permettant d'aller au-delà de leurs limites : empilement, déconvolution, superrésolution...

Dans la chaîne d’acquisition des images, de nombreux facteurs viennent limiter la résolution des photographies. On peut citer le flou atmosphérique, ainsi que le flou d’intégration sur le pixel (la taille du pixel est elle-même une limite de la résolution). Or, on sait que les objets célestes peuvent, du fait de leur éloignement, apparaître avec une taille minuscule. Par exemple, le soleil a une largeur apparente d’un demi-degré malgré sa taille considérable (10⁶ km de diamètre). De ce fait, il est toujours utile d’aller à la plus grande résolution possible. Vous verrez quelles sont les limites pratiques et théorique de la résolution d’un appareil. D’autres défauts, tels que le bruit peuvent être réduits grâce à la multiplication des prises de vue.

Durant ce projet vous aurez accès à de nombreuses séries de photos et vous proposerez des techniques, que vos connaissances de première année permettent de comprendre complètement, afin d’améliorer la qualité de ces images. Bien que les séries d’images fournies ne soient pas de qualité comparable à celles d’astronomes professionnels, les techniques vues sont aussi utilisées pour leurs instruments et sont nécessaires pour fournir les images de grande qualité que les agences spatiales offrent au grand public.

 


Figure 1: L’une des techniques (empilement) est illustrée ci-dessus, à gauche une des images originales, à droite l’image résultat.
Une version simplifiée de cette méthode a été utilisée lors de votre séance de TP d’OASIS.