Chevaux, performances sportives et monitoring

Occurrences : 

2015

Nombre d'étudiants minimum: 

3

Nombre d'étudiants maximum: 

4

Nombre d'instances : 

1

Vous connaissez les bracelets FitBit ? Ils permettent de mesure l'activité sportive des humains. Pourquoi s'arrêter là ? Est-ce possible de faire la même chose pour les chevaux ?

Les téléphones modernes disposent d'une grande variété de capteurs très précis : accéléromètre, boussole, gyroscope, GPS, capteur de pression, etc. À l'aide de ces capteurs, nous pouvons déduire après filtrage un certain nombre de propriétés sur les mouvements du mobile et de celui qui le porte.

Le but de ce projet est de détecter les mouvements d'un cheval lors d'une compétition ou d'un entraînement à partir des informations fournies par ces capteurs. Si ça marche avec un téléphone, on pourra en déduire ensuite quels capteurs garder et créer une société qui crééra un nouveau produit ne contenant que ces capteurs.

Dans un premier temps, il sera nécessaire de développer une application qui enregistre toutes les informations dans plusieurs configurations, par exemple avec le téléphone solidaire de la sangle du cheval ou porté par le cavalier. Ou alors d'en identifier une existante, et de préparer tous les traitements qui peuvent être faits sur les données afin d'en isoler certaines caractéristiques.

Dans un second temps, en fin de première semaine, les acquisitions seront réalisées avec l'aide d'un cavalier dans un centre proche de Paris. Toutes les données devront être enregistrées afin de pouvoir ensuite les dépouiller et les analyser. Il faudra également filmer ce qui se passe pour pouvoir vérifier que les données traitées correspondent bien à la réalité.

La deuxième semaine sera consacrée au traitement plus fin des données et à la détection des différents paramètres : frappe des sabots contre le sol et détection de l'allure du cheval (pas, trot, galop), identification des sauts, calcul de la hauteur du saut en fonction de la durée et de la vitesse estimée de l'animal. On pourra utiliser du filtrage simple, du "dynamic time warping", l'algorithme de Viterbi s'il s'y prête, etc.

Si le temps le permet, l'application devra être modifiée pour pouvoir calculer ces données en temps réel, et sera testée en réinjectant les données acquises préalablement. Si une application tierce avait été utilisée lors de la première phase, une nouvelle application sera développée pour enregistrer et traiter en temps-réel les paramètres utiles.

Un Nexus 5 avec Android 5.1 sera à la disposition du groupe d'étudiants durant la durée du projet.

Le fait d'avoir déjà programmé sous Android est un plus, mais pas obligatoire pour tous les membres de l'équipe. Attention, équinophobes s'abstenir !